Les maux du vote par internet

Le vote électronique, en sois, pose des problèmes sur de très nombreux aspects. Comparativement aux différents modes de vote électronique (machines à voter, scanners…) le vote par internet est celui qui pose le plus de problèmes:

  • Sécurité : Il y a bien sûr les problèmes de fiabilité et de sécurité inhérent à tout système informatique. Ces problèmes sont d’ailleurs considérablement amplifiés par l’utilisation d’internet.
  • Fraude indétectable: Un électron ne laisse pas de traces et une fraude non flagrante restera indétectable. La non matérialisation de ce vote anonyme rend toute vérification vaine lorsque la fraude est correctement effectuée (codes auto-effacables, vers interceptant les actions des utilisateurs etc…).
  • Technocratique: Les mécanismes cryptographiques qui prétendent être une “vérification”, même s’il étaient vraiment opérants, ne sont pas compréhensibles sans avoir fait de très sérieuses études dans le domaine. Ils ne peuvent donc pas être qualifiés de démocratiques.
  • Invérifiable: Pour garantir que l’ordinateur a bien enregistré notre vote, on nous propose généralement une “vérification” par un autre ordinateur! Rien ne garantis à l’électeur que le vote a été enregistré comme convenu. Le mécanisme proposé n’est ainsi que la promesse du bon déroulement du scrutin fait de la part d’un ordinateur. Cet ordinateur là, peut tout à fait mentir ou se tromper.
  • Le libre sans issue: Rien ne garantis que les logiciels de “vote” ou de “vérification” sont les versions originales. L’utilisation de logiciels libres ne résout donc pas la question et la communauté du libre en a bien conscience.
  • Opaque par nature: Le vote dématérialisé anonyme est par nature opaque et invérifiable et c’est pour cela que les scientifiques ont condamnés ce type de vote.
  • Dématérialiser c’est démobiliser: Cela va à l’encontre d’une prise directe sur la réalité. Or l’écologie c’est le monde réel et la démocratie de proximité qui est impossible quand on distend les liens.
  • Pire par Internet: Le vote par internet, par la complexité et l’étendue du système qu’il nécessite, pose bien plus de problème que le vote sur machines à voter. Pourtant les machines à voter sont abandonnées dans les propres pays des constructeurs pour des raisons d’invérifiabilité et de sécurité. Le vote par internet ne peut pas faire mieux.
  • Caution aux industriels: Ce types de “scrutins” même sur des enjeux accessoires (ce qui n’est pas le cas pour la primaire) banalise l’idée du vote électronique dans un mouvement qui rassemble beaucoup d’opposants historiques à la dématérialisation du vote anonyme. Les industriels vote électronique obtiennent là, une très forte caution qu’ils peuvent exploiter en disant “même les écologistes, très fortement réfractaire jusque là, se sont mis à utiliser ce vote”. Comment ce lobby a-t-il pu réussir à arracher ou influencer cette décision ?
  • Perméabilité aux lobbies: Ce vote décrédibilise aussi l’image du mouvement écologiste en instillant que celui-ci serait désormais perméables aux lobbies industriels. Comment garantir aux électeurs que les élus EELV ne fléchiront pas devant les industriels de la vidéosurveillance voire la construction d’autoroutes?
  • Décrédibilise le combat national: Le vote par internet est poussé à se généraliser par le gouvernement (les député de l’étranger sont déjà élus sur ce mode et le vote par internet a été autorisé pour tous les scrutins professionnels). Comment notre mouvement pourra être crédible pour lutter contre cela s’il fait la même chose ?
  • Illégitime: Ce qui fonde la légitimité d’un vote est la conviction de l’électeur que le scrutin s’est correctement déroulé (surtout, et c’est humain, si le résultat est contraire à ses souhaits). En utilisant une interface, qui dans l’état actuel des connaissances, ne peut être qu’opaque et invérifiable, nous sapons la légitimité des décisions prises par vote électronique.
  • Incontrôlable: Mais le plus important: L’électeur ne doit pas déléguer toutes ses capacités de contrôle du scrutin à une autorité, des experts ou un prestataire. Il doit aussi pouvoir vérifier le scrutin lui-même, s’il le souhaite quelque-soit son niveau d’instruction.
  • Recul démocratique: Enfin, quand aux questions de comparaisons entre le vote par correspondance et le vote électronique, celles-ci sont résolues avec les seules publications scientifiques (à notre connaissance, et du moins en France) sur le sujet qui montrent clairement le recul démocratique opéré lors du passage à internet.
Pour partager cette page:
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Identi.ca
  • MySpace
  • PDF
  • Wikio FR

4 réponses à Les maux du vote par internet

  1. Jean-Marc Bloch dit :

    J’aujouterai que le vote par internet ne garantie pas la libre expression de l’électeur. En effet, qui est derrière le votant? Y a t il eu pression ou contrainte du vote?
    Le problème se pose avec encore plus d’accuitée avec l’élection des représentants du personnel en entreprise.

    • Jean-Sébastien Guitton dit :

      @Jean-Marc B: je suis plutôt réticent sur le vote par internet au sein d’EELV, mais il faut reconnaitre que des « pressions ou contraintes » peuvent aussi (peut-être même davantage) exister pour le vote papier par correspondance ou pour les procurations : prévoit-on aussi de supprimer le vote par correspondance et les procurations ? A mon avis, mieux vaut se concentrer sur les inconvénients spécifiques du vote par internet.

  2. Des maux crassie dit :

    Il est très révélateur qu’un mouvement qui se prétend à la pointe des libertés démocratiques opte pour un système de vote qui ne l’est pas. Un comble et une preuve accablante de plus, s’il en était besoin, que le discours et le débat politiques ont considérablement régressé ces 30 dernières années.

    Voulez-vous une autre preuve ? Qui a eu l’initiative de ce vote par Internet ? Comment a été prise la décision ? Combien de personnes ? Y a-t-il eu débat contradictoire ? Peut-on connaître le nom des initiateurs et de ceux qui appliquent la décision ? Quelles sont leur légitimité et leurs compétences ? Mystère… « L’écolocitoyen » ne sera pas informé…. Pas de noms, donc pas de responsables… C’est beau la « transparence »… Le plus inquiétant, c’est de voir comment un parti qui fustige le manque de démocratie et de transparence, a complètement intégré les pratiques qu’il dénonce et, – ce qui est le plus inquiétant-, probablement en toute bonne foi, sans s’en rendre compte.

    (efficace, l’article : un argumentaire rapide mais complet à réutiliser dans toute débat sur le sujet)

  3. TER dit :

    Je peux vous confirmer qu’il y aura ceratinement des erreurs : je me suis inscrite une fois la semaine dernière et j’ai reçu 2 identifiants : un correspondant à mon nom et le second à un nom inconnu !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *