Lettre d’un militant pour stopper le vote électronique

Voici le cour­ri­er très argu­men­té d’un mil­i­tant deman­dant l’abandon du vote élec­tron­ique aux can­di­dats et man­dataires. Sans réponse de la part de ceux qui con­courent au sec­ond tour, il nous autorise à la ren­dre publique:

- — - — - — - — - — - — - — - -
À : Ser­gio Coro­n­a­do
Pas­cal Durand
Annabelle Jaeger
Michel Guéritte
Stéphane Lhomme
Hen­ri Stoll
Pierre Min­naert

Paris, le 28 juin 2011,

Bon­jour,

Je me per­me­ts de m’adresser à vous en tant que can­di­dats à la Pri­maire Europe Écolo­gie Les Verts, ou représen­tants d’un can­di­dat.Vous avez cer­taine­ment tous con­nais­sance des polémiques autour de l’usage du vote infor­ma­tisé.

Je souhaite vous pro­pos­er une voie qui per­me­tte à notre par­ti d’en sor­tir avec l’image la plus claire pos­si­ble, qui rende le résul­tat de cette pri­maire indis­cutable, et qui nous évite de faire la pro­mo­tion de l’idée que les électeurs n’ont qu’à faire con­fi­ance, qu’ils n’ont pas besoin de pou­voir observ­er un scrutin.

La meilleure garantie, à la fois pour la légitim­ité du can­di­dat qui portera notre pro­gramme à l’élection prési­den­tielle, et pour notre lib­erté d’action ultérieure, est que vous demandiez un sec­ond tour des pri­maires, basé sur le seul vote papi­er (par cor­re­spon­dance, puisque c’est la seule for­mule disponible, et que le matériel de vote dif­fusé inclut déjà cette pos­si­bil­ité).

Il ne s’agit pas de soupçon­ner quiconque de fraude, mais de respecter un principe essen­tiel pour la démoc­ra­tie élec­tive.

En effet :
— Le fonc­tion­nement interne d’un sys­tème infor­ma­tique repose sur des élé­ments immatériels, non directe­ment observ­ables. La plu­part des sys­tèmes peu­vent être con­trôlés, parce que leurs opéra­tions sont tracées et auditées. Le vote infor­ma­tisé, s’il respecte l’anonymat, n’est pas traçable et ne per­met aucun con­trôle.
— Puisque aucun con­trôle n’est pos­si­ble, une anom­alie, voire éventuelle­ment une fraude à grande échelle, peut fauss­er le résul­tat d’une élec­tion et rester indé­tectable.

Ceci n’est pas et ne peut pas être une ques­tion de con­fi­ance. Il est pos­si­ble de remet­tre une procu­ra­tion à quelqu’un en qui a con­fi­ance. On ne peut pas avoir con­fi­ance en un sys­tème infor­ma­tique, que per­son­ne ne peut maîtris­er entière­ment, qui peut avoir été altéré, avec ou sans inten­tion de nuire, et dont les résul­tats ne sont pas véri­fi­ables, puisque il n’y a pas de trace matérielle.

Le vote papi­er peut présen­ter des failles, surtout si sa mise en œuvre est défectueuse, ou insuff­isam­ment organ­isée. Son fonc­tion­nement est du moins observ­able, véri­fi­able et respectueux du secret du vote. Même par cor­re­spon­dance, les étapes cru­ciales d’émargement et de dépouille­ment sont observ­able s et véri­fi­ables.

Aujourd’hui, en France, près d’1,5 mil­lion d’électeurs sont totale­ment privés du droit d’exprimer leur vote avec l’assurance con­crète qu’il sera bien pris en compte, parce que leur munic­i­pal­ité à rem­placé les urnes trans­par­entes de leur bureau de vote par des ordi­na­teurs au fonc­tion­nement totale­ment opaque.
L’opposition de citoyens et, dans beau­coup de munic­i­pal­ités, de représen­tants des Verts, a per­mis d’arrêter leur déploiement, mais le com­bat est loin d’être gag­né.

En deman­dant un sec­ond tour basé sur le seul vote papi­er par cor­re­spon­dance, vous met­trez le can­di­dat d’EELV, peut-être vous-même, hors du soupçon de manip­u­la­tion, inévitable avec le vote infor­ma­tisé. Mais, surtout, vous per­me­t­trez à EELV de con­tin­uer à porter la cri­tique face aux ten­ta­tives de sup­primer le vote papi­er, seul observ­able et con­trôlable par tous.

J’espère que, con­scients de l’enjeu pour notre démoc­ra­tie, vous for­mulerez ensem­ble cette exi­gence, ce qui rehaussera l’image de notre par­ti et mon­tr­era l’exemple de ce que doit être un fonc­tion­nement démoc­ra­tique.

Très Cor­diale­ment,

Ce contenu a été publié dans eelv, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Lettre d’un militant pour stopper le vote électronique

  1. poloriton dit :

    Quelle est la moti­va­tion de S. Lhomme pour sabot­er la pri­maire EELV ?
    En présen­tant sa can­di­da­ture, il a bien signé une déc­la­ra­tion indi­quant ses engage­ments et accep­té les modal­ités de déroule­ment de la Pri­maire ?
    Ain­si après avoir attaqué N. Hulot sans retenue, il con­teste haut et fort le résul­tat du vote. Pour­rait-il réfléchir un peu aux con­séquences pour EELV qui ne peut que sor­tir affaib­li de cet épisode.
    Mau­vais joueur, mau­vais per­dant, mau­vais mil­i­tant S. Lhomme !

    Paul Cherblanc

  2. Quand on veut nier un prob­lème on tente de dis­créditer celui qui en par­le.
    Seule­ment les prob­lé­ma­tiques que nous soulevons avec Stéphane Lhomme sont bien réelles et nier le prob­lème démoc­ra­tique du vote élec­tron­ique ne ren­force effec­tive­ment pas EELV.
    Je suis fier, moi sim­ple mil­i­tant d’EELV, d’avoir dénon­cé cette opac­ité organ­isée car je tiens à ce mou­ve­ment et toutes les ten­ta­tives pour que je puisse ren­dre compte des prob­lèmes en interne durant le vote ont échouées. Devais-je me taire?

    • poloriton dit :

      Bien d’accord, si on décou­vre qu’il y a eu fraude ou même seule­ment s’il y a des élé­ments factuels qui font douter du résul­tat.
      Mais ce que je trou­ve par­ti­c­ulière­ment hon­teux, c’est d’avoir accep­té les règles de la pri­maire et d’y par­ticiper en s’en affran­chissant.
      Le vote élec­tron­ique avait été retenu et l’engagement signé par les can­di­dats leur inter­di­s­ait d’attaquer les autres… Et S. Lhomme a com­mencé par çà !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *